Portraits des francophones

Clara Simpson-Lafontaine, enseignante et présidente de Cinéfest Niagara.

Q : Lieu de naissance? R : Port Colborne.

Q : Profession? R : Enseignante à la retraite. J’ai enseigné pendant 36 ans. Pour la plus grande partie de ma carrière, j’ai enseigné le français à des enfants anglophones. J’ai commencé le programme d’immersion ici à Welland à l’école Princess Elizabeth et c’est là que j’ai passé mes dernières années d’enseignement.

Q : Nom de l’organisme, poste et responsabilités premières? R : Je suis présidente de Cinéfest Niagara. Qui sommes-nous? Nous sommes un groupe de bénévoles qui apprécie le privilège d’avoir dans notre communauté une activité culturelle qui nous permet de côtoyer d’autres cinéphiles, de relaxer et de se laisser émerveiller par la magie du cinéma. Je viens juste d’assister au Festival de film de Toronto et à Cinéfest de Sudbury avec d’autres membres du comité de Cinéfest Niagara. J’y ai vu 37 films en 11 jours. Parmi tous les films qu’on a visionnés, nous choisirons les meilleurs films pour les montrer ici à Welland au Seaway Cinemas. On présente un film d’habitude chaque deuxième mercredi du mois. On a aussi un Festival du Film la dernière fin de semaine du mois de mars.

Q : Ta passion? R : Ma passion a changé à travers les années. Aujourd’hui je dirais que c’est mes plantes et le cinéma.

Q : Ton passe-temps préféré? R : J’aime prendre de longues marches ou faire du vélo.

Q : De nos quatre saisons, laquelle préfères-tu? R : J’aime le printemps. C’est là où la vie recommence pour moi. Je prépare mon jardin et j’attends l’arrivée de la première tomate. C’est tellement agréable pour moi de voir une petite graine pousser et devenir une grosse plante remplie de légumes.

Q : Le conseil que tu as apprécié le plus dans ta vie? R : « Mieux vaut avoir essayé et échoué que de ne pas avoir essayé du tout »
Ça me donne le courage d’essayer des choses différentes même quand je doute de mes capacités.
« Si tu n’as rien de bon à dire, ne dis rien. » Ça me fait réfléchir avant de critiquer quelque chose.


Q : Ton plus beau voyage? R : Je suis chanceuse d’avoir pu visiter plusieurs pays autour du monde : les États-Unis, la Grèce, l’Espagne, l’Australie, le Singapour et la Chine. J’ai aimé tous mes voyages, mais surtout La Nouvelle Zélande car ça m’a rappelé la simplicité du Canada des années 1960.

Q : Destination encore à découvrir ? R : Paris. Ça fait plusieurs fois qu’on planifie un voyage à Paris, mais il y a toujours quelque chose qui nous empêche d’y aller. Cette année c’est notre 40e anniversaire de mariage et on va célébrer ça avec un dîner à la tour Eiffel, un beau cadeau de notre fils Pierre.

Q : Avoir l’opportunité de prendre un dîner avec une personnalité de l’histoire, qui choisirais-tu et pourquoi? R : Les suffragettes. J’aimerais leur parler du courage qu’elles ont eu de changer les choses, d’améliorer la qualité de vie pour les femmes.

Q : Dernier bouquin lu? R : François, seul contre tous de Arnaud Bédat. C’est une biographie de notre Pape superstar. Je l’admire car il essaie de corriger le tort que les gens ont fait. Je suis membre du groupe de lecture Plaisir de lire. On se rencontre une fois par mois. À tour de rôle, on choisit un livre que tout le groupe va lire afin d’en discuter à notre prochaine rencontre. On essaie de choisir un livre en français, puis un livre en anglais le mois suivant. Ça me permet de découvrir différentes sortes de livres et me donne la chance d’améliorer mon français.

Q : Citation préférée? R : « La vie, c’est à 10% ce qui nous arrive, et à 90% la façon dont on y réagit. »
Charles Swindoll
« Si tu n’aimes pas quelque chose, change-le. Si tu ne peux pas le changer, change ton attitude. »
Maya Angelou

Q : Un livre que tu recommandes? Pourquoi? R : En français : Journal d’un écrivain en pyjama de Dany Laferrière. Ça donne un bel aperçu du processus d’écriture de cet auteur haïtien qui habite Montréal.
En anglais : Laughing all the way to the mosque de Zarqa Nawaz. Ça permet de découvrir les traditions musulmanes avec beaucoup d’humour.

Q : Ta plus grande qualité? Ton pire défaut? R : Mon souci de réfléchir avant de prendre des décisions importantes. Ça peut aussi être un défaut, car parfois j’examine trop et je prends trop de temps à prendre une décision.

Q : Ton loisir préféré? R : J’aime aller au théâtre. Je suis abonnée au Théâtre français de Toronto, au FirstOntario Performing Arts Centre, au Foster Festival et à Showboat Festival Theatre. Je vais aussi voir différents spectacles présentés par Mirvish et le Festival Shaw.

Q : Ton sport préféré? R : On eu un bateau à voile pendant dix-sept ans. C’était le sport qui occupait la majorité de mon temps. Mais on l’a vendu cette année. Maintenant je passe plus de temps à nager dans ma piscine.

Q : La chose dont tu es le plus fière? R : Mon fils et mon mari. Ils sont toujours là pour moi. Je suis fière d’avoir élevé un fils qui est une bonne personne et qui a bon cœur. J’ai eu une vie intéressante avec mon mari Stewart. Il m’encourage à essayer de nouvelles choses et il est toujours prêt à embarquer dans de nouvelles aventures.

Q : Si on te donne un million de dollars, qu’en ferais-tu? R : Ça ne va plus très loin ces jours-ci.
Pour moi : Je m’assurerais d’avoir assez d’argent pour ma retraite et mes besoins médicaux en vieillissant.
Pour les autres : Je donnerais une plus grande somme aux organismes de bienfaisance auxquels je donne présentement.

Q : Ton film préféré? R : Intouchables. C’est incroyable comment les réalisateurs-scénaristes ont pris un sujet triste et en ont fait une comédie. C’est inspiré d’une histoire vraie entre deux hommes : un tétraplégique et celui qui prend soin de lui. Quand la vie t’offre des citrons, fait de la limonade.

Q : Ton type de musique préférée? R : R. J’aime tout type de musique. Mais si je dois choisir, je dirais que c’est la musique du monde : Cesaria Evora. J’aime aussi beaucoup le blues.

Q : Tu recommandes les vins du Niagara ou ceux d’ailleurs? R : Les deux : Pour le Niagara : Chaque année, un groupe organise un voyage à bicyclette à Niagara-on-the-Lake où on visite cinq à six vignobles. C’est une levée de fonds pour divers organismes de bienfaisance comme la Fondation Terry Fox et Wellspring.
Ailleurs, j’aime bien les vins espagnols.

Q : Ton conseil à la jeunesse franco-ontarienne qui se prépare à faire face à la vie et aux choix de carrière? R : Garde ton français. Ça te permettra de garder le plus grand nombre de portes ouvertes.

Q : La question que j’aurais aimé qu’on me pose? R : Q. Décrire l’importance d’un mentor dans ta vie.
R. Anne Audet-Giroux est une mentore pour moi. C’est elle qui m’a persuadé de me joindre au groupe de Cinéfest Niagara dès le début. Après dix ans comme co-présidente, elle m’a demandé de prendre sa place. C’est Anne qui m’a guidé dans ce rôle pour les dernières douze années.

Q : S’il y avait un mot pour te décrire, ce serait quoi? R : Optimiste. J’essaie de voir le bon côté des choses.

Q : Si tu avais trois vœux à faire, quels seraient-ils? R : La paix pour tout le monde, la santé, et la prospérité.

Q : Quels sont tes héros aujourd’hui? R : Terry Fox et Clara Hughes.

Q : Que te plairait-il de voir écrit sur ta pierre tombale? R : « J’ai profité de la vie. J’ai fait de mon mieux. »