Portraits des francophones

Dalina Tshinyama, recruteur au Ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario

Q : Lieu d’origine? Lieu de naissance? R : République Démocratique du Congo.

Q : Profession et nom de l’organisation? R : Je suis un recruteur régional, région de l’Ouest (Ontario). Je travaille pour l’Unité de recrutement des agents des services correctionnels.

Q : Poste et responsabilités premières? R : Mes principales responsabilités sont de planifier, mettre en œuvre et faciliter le recrutement régional pour l’Unité de recrutement des agents des services correctionnels qui favorise et stimule l’intérêt pour les postes d’agent de correction, de probation et de libération conditionnelle. Nous sommes à la recherche de personnes de divers horizons qui se joindront à l’équipe des services correctionnels de l’Ontario pour répondre aux besoins de divers groupes de clients.

Q : Tu as choisi le Niagara ou c’est lui qui t’a choisi? R : Ma famille et moi avons choisi le Niagara à cause de sa communauté francophone. Nous avons immigré d’Afrique et comme nous ne parlions que le français, la transition fut plus facile; cela nous a également donné la possibilité de devenir bilingues.

Q : Ta passion? R : L’adversité m’a aidé à progresser et à aider les autres et m’a appris l’importance de donner un coup de main. J’ai aussi eu beaucoup de chance et je suis heureuse de la transmette aux autres.

Q : Ton passe-temps préféré? R : J’ai vraiment aimé faire de l’athlétisme quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, j’aime courir le matin et sprinter si le temps le permet. La course est thérapeutique et c’est un excellent moyen de libérer le stress. De plus, j’aime passer du temps avec mon chien Rafiki qui signifie « ami » en swahili. Il est vraiment mon meilleur ami.

Q : De nos quatre saisons, laquelle préfères-tu? R : Je préfère l’automne, car c’est beau, ni trop chaud, ni trop froid.

Q : Le conseil que tu as apprécié le plus dans ta vie? R : L’adversité nous rend plus forts. Surmonter les adversités de la vie m’a rendue plus forte, m’a permis d’acquérir le courage et la force de surmonter les obstacles. Cela m’a appris la résilience, l’humilité, la patience et l’empathie.


Q : Plus beau voyage? R : J’ai de la famille à Paris et je les visite assez souvent. C’est merveilleux de les voir. J’ai aussi une petite famille ici au Canada. J’aime aussi l’histoire, les monuments, la culture et la nourriture. De plus, j’ai un grand intérêt pour la mode et j’aime faire du shopping à Paris, l’une des capitales de la mode.

Q : Destination de voyage encore à découvrir ? Pourquoi ce choix? R : Comme nous avons fui l’Afrique quand j’étais petite, j’aimerais y retourner pour y visiter ce continent plus en profondeur, car je n’ai que de brefs souvenirs de mon séjour. Je voudrais apprendre et acquérir plus de connaissances sur mes racines et construire de nouveaux souvenirs avec mon mari qui n’y est jamais allé.

Q : Avoir l’opportunité de prendre un dîner avec une personnalité de l’histoire,  qui choisirais-tu et pourquoi? R : Mon père. Il était le centre de mon univers et je voudrais le revoir.

Q : Dernier bouquin lu? R : The Rules of People par Richard Templar – Un code personnel pour faire ressortir le meilleur de chacun.

Q : Citation préférée? R : « Ne jugez pas un livre à sa couverture. » – George Eliot.

Q : Auteur(e) préféré(e)? R : J’aime plusieurs styles, mais je préfère les biographies. Je n’ai pas d’auteur préféré.

Q : Un livre que tu recommandes? Pourquoi? R : La biographie d’André Agassi, Open, on ne s’attend pas à une relation aussi tumultueuse avec son sport.

Q : Ta plus grande qualité? Pire défaut? R : Ma grande qualité: flexible. Mon pire défaut : surengagement. J’aime aider les autres, mais j’ai tendance à en prendre plus que je peux en assumer.

 

Q : La chose dont tu es la plus fière? R : Je suis fière de ma famille et très reconnaissante envers eux.

Q : Si on te donne un million de dollars, qu’en ferais-tu? R : J’aiderais ma famille à construire un orphelinat en Afrique.

Q : Film préféré? R : Le Roi Lion. C’est une grande histoire qui décrit des leçons de vie significatives. Une de mes citations préférées du film est « Hakuna-matata  ». Il nous enseigne à vivre au jour le jour et à tirer le meilleur de ce que nous avons et de ne pas se faire de soucis pour demain. Après tout, demain s’inquiétera de lui-même.

Q : Ton type de musique préférée? R : J’apprécie la musique classique, car elle stimule la créativité et c’est relaxant.

Q : Ton conseil au jeune franco ontarien qui se prépare à faire face à la vie et aux choix de carrière? R : Le vrai pouvoir, c’est la connaissance. Alors autant que vous le pouvez, apprenez grâce à la scolarité et au bénévolat. Utilisez et profitez des ressources disponibles. En ce qui concerne une carrière, choisissez une carrière dans un domaine qui vous passionne et n’ayez pas peur de prendre un chemin différent, car cela peut vous conduire vers quelque chose de plus grand.

Q : S’il y avait des mots pour te décrire, ce serait quoi? R : PUDIQUE… et à la fois réservée et loquace.

Q : Si tu avais trois vœux à faire, quels seraient-ils? R : J’adorerais revoir mon père, car il me manque terriblement. Je souhaite la paix dans le monde et l’arrêt des causes de la corruption dans les pays du tiers monde.

Q : Quel était le héros de ton enfance? R : Mon Père.