Portraits des francophones

Émilie Crakondji, directrice générale du CFSOO

La question que j’aurais aimé qu’on me pose?

Si c’était à refaire, qu’est-ce que tu aimerais changer dans ta vie? Réponse : RIEN.

Persévérer. Faire des choix d’emploi avec la raison même si ce n’est pas nécessairement ce que l’on aime faire.

Emilie Crakondji

Originaire de la République centrafricaine, elle a choisi l’Ontario après avoir vécu à Chicoutimi, Québec et Montréal. Pour la connaître davantage, lisez la suite.

Q : Poste/responsabilités premières? R : Gestionnaire/Carrefour des Femmes du Sud-Ouest de l’Ontario/Directrice générale.

Q : Tu as choisi l’Ontario/le Niagara ou c’est elle/lui qui t’a choisi? R : J’ai choisi l’Ontario après avoir étudié et vécu au total huit ans à Chicoutimi, Québec et Montréal. J’ai choisi la ville de London, car je voulais donner la chance à mes enfants de devenir bilingue.

Q : Passe-temps préféré? R : La couture, la décoration intérieure et le gym.

Q : Meilleur conseil (professionnel ou personnel) que tu as apprécié le plus dans ta vie? R : Quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console.

Q : C’est quoi qui te passionne? R : Les choses simples, extraordinaires et inusitées.

Q : De nos quatre saisons, laquelle préfères-tu? R : L’hiver.



Q : Plus beau voyage/pays visité? Destination encore à découvrir?/wc_highlight] R : Croisière en Jamaïque/Îles Caïman/Miami/Turin, Milan, Modena, Bologne en Italie, Bruxelle, Bordeaux, Paris, Stuttgart, Munich, Bobligen en Allemagne, Gabon, New York, Chicago, Alaska. À découvrir : Cuba

Q : Avoir l’opportunité de prendre un repas avec une personnalité de l’histoire, qui choisirais-tu? Pourquoi? R : Mon grand-père maternel. J’aurais aimé le connaître davantage, ses ambitions, réalisations, etc.

Q : Dernier bouquin lu? Auteur(e) préféré(e)? R : Le silence de la forêt d’Étienne Goyemidé, un écrivain centrafricain, paru en 1984 chez Hatier et adapté au cinéma en 2003.

Q : Un livre que tu recommandes? Pourquoi ? R : Lâcher prise de Guy Finley aux Éditions du Club Québec-Loisir Inc. 1996. Le titre en dit long sur le contenu. J’aime le style littéraire, accessible au commun des mortels, terre-à-terre.

Q : Quelle est ta plus grande qualité? Quel est ton pire défaut? R : Qualité : ma spontanéité / Défaut : ma franchise.

Q : Quel est ton loisir préféré ? R : Écouter et danser au rythme de la musique africaine.

Q : T’est-il déjà arrivé quelque chose d’absolument bizarre? R : Avoir perdu connaissance à l’hôpital dans une salle d’opération pendant une intervention chirurgicale – en tant qu’étudiante en médecine et stagiaire qui assistait à l’intervention.

Q : Quelle est la chose dont tu es la plus fière ? R : Mes quatre enfants (deux filles et deux garçons).

Q : Quel est ton sport préféré? R :  Courir et faire de la musculation.

Q : Si on te donne un million de dollars, que ferais-tu avec? R : Ouvrir un centre pour prendre soin des femmes aînées en République centrafricaine et construire une usine de transformation dans l’industrie agroalimentaire quelque part en Afrique centrale.

Q : Quel est ton film préféré ? R : Kirikou et la sorcière – un film réalisé par Michel Ocelot

Q : Quel est ton type de musique préférée ? R : Le soukous africain et le zouk caribéen.

Q : Tu recommandes les vins du Niagara ou ceux d’ailleurs? R : Je recommande le Shiraz d’Australie, un vin rouge.

Et pour terminer…

Q : Quel est ton conseil/ta recommandation au jeune franco-ontarien qui se prépare à faire face à la vie en général et aux divers défis de choix de carrière, recherche d’emploi? R : Poursuivre des études universitaires, si possible. Persévérer. Faire des choix d’emploi avec la raison. même si ce n’est pas nécessairement ce que l’on « aime faire. » Cela permet de développer et de renforcer ses compétences transversales. Le choix de la raison peut aussi nous conduire à terme à notre passion. Développer sa capacité à transformer les obstacles en opportunité.