Portraits des francophones

Julien Gérémie, Directeur du développement au CCO

La question que j’aurais aimé qu’on me pose?

?

Les personnes qui savent créer des liens entre les générations, les espaces et les secteurs ont de beaux jours devant elles.

Julien Gérémie

Il est originaire de Lavaur dans le Sud de la France. Les vignobles lui rappellent le terroir de son enfance. Pour le connaître davantage, lisez la suite.

Q : Originaire de/Lieu de naissance? R : Je suis né dans la petite ville de Lavaur dans le Sud de la France. Mon père est Français et ma mère Italienne. J’ai de la famille un peu partout en France et dans la région de Montréal.

Q : Poste/responsabilités premières? R : Je suis directeur du développement au Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO). Je travaille au CCO depuis 2010 et j’y ai commencé dans la région d’Ottawa. Nous nous spécialisons dans le développement économique communautaire par les formules de l’entreprise sociale et coopérative. Nous voulons faire de l’Ontario un espace unique et propice à l’économie sociale et solidaire. Nous formons plusieurs milliers de personnes par année et nous appuyons plus d’une centaine de groupes promoteurs de projets collectifs dans toutes les régions de la province.

Q : Tu as choisi l’Ontario/le Niagara ou c’est elle/lui qui t’a choisi? R : J’ai choisi l’Ontario car je souhaitais évoluer dans un environnement professionnel et personnel bilingue. Après mes études de maîtrise à Montréal, j’ai dans un premier temps déménagé en Colombie-Britannique, puis en Saskatchewan avant de m’établir en Ontario. Je pensais alors que ce serait le meilleur endroit pour moi et j’y suis toujours sept ans plus tard! J’ai déménagé à Toronto en 2015 et mon premier road trip a été de me rendre à Niagara-on-the-Lake. J’y étais déjà allé auparavant et je trouve toujours l’endroit magnifique. Les vignobles me rappellent le terroir de mon enfance.

Q : Passe-temps préféré? R : J’adore voyager, je fais entre cinq et 10 voyages internationaux par année. Quand je ne voyage pas, je suis chez moi à préparer mon prochain départ. J’aime aussi cuisiner.

Q : Meilleur conseil (professionnel ou personnel) que tu as apprécié le plus dans ta vie? R : C’est important de responsabiliser les autres, de ne pas tout faire à leur place. Cela est vrai aussi bien à l’échelle individuelle qu’à l’échelle communautaire. Je peux être une étincelle, mais je ne dois pas être la flamme.

Q : C’est quoi qui te passionne? R : Le développement raisonné me passionne. J’aime aussi les voyages, la lecture, la culture, le jardinage, m’entraîner et une alimentation saine.

Q : De nos quatre saisons, laquelle préfères-tu? R : Je suis une personne d’été. Je suis né au mois d’août et c’est sans doute pour cela.



Q : Plus beau voyage/pays visité? Destination encore à découvrir? Pourquoi ce choix? R : Je suis récemment allé à Malte avec ma mère et j’ai adoré la tranquillité du lieu durant l’hiver. J’aime aller rendre visite à mes amis en Californie ou découvrir les régions de l’Italie. Mon plus beau souvenir de voyage est un trajet en train entre Berlin et Prague, des paysages à couper le souffle. J’aimerais aller en Afrique du Sud, le climat, l’histoire et les vignobles m’attirent !

Q : Avoir l’opportunité de prendre un repas avec une personnalité de l’histoire, qui choisirais-tu? Pourquoi? R : Je choisirais Louis XIV, roi de France au 17-18e siècles. Je serais curieux d’en apprendre plus sur ses stratégies de mainmise absolue sur la société et de voir s’il avait un bon fond.

Q : Dernier bouquin lu? Auteur(e) préféré(e)? R : J’ai récemment relu l’Iliade et l’Odyssée d’Homère. J’aime me replonger dans des narrations anciennes et complètement déconnectées de notre réalité d’aujourd’hui. Le livre qui m’a le plus marqué est le Rouge et le Noir de Stendhal.

Q : Un livre que tu recommandes? Pourquoi ? R : Je recommande n’importe quel livre historique. C’est important d’avoir le sens de l’histoire pour se bâtir sur un socle solide et éviter de reproduire les erreurs du passé.

Q : Quelle est ta plus grande qualité? Quel est ton pire défaut? R : Mon honnêteté est sans doute ma plus grande qualité. Mon manque de flexibilité mon plus gros défaut. Je suis très organisé et c’est parfois trop.

Q : Quel est ton loisir préféré ? R : Je m’entraîne tous les jours. L’exercice physique me repose, étrangement.

Q : T’est-il déjà arrivé quelque chose d’absolument bizarre? R : À 19 ans, j’ai tout laissé pour aller m’établir en Finlande, un pays duquel je ne connaissais rien. J’ai appris le finnois 8 heures par jour pour me familiariser avec la langue avant de démarrer un programme d’études (en anglais).

Q : Quelle est la chose dont tu es le plus fière ? R : Ma capacité à me débrouiller dans toute situation. J’ai supprimé le stress de ma vie qui était celui de faire face à l’inconnu. Je l’ai confronté plusieurs fois et depuis ce stress m’a quitté.

Q : Quel est ton sport préféré? R : Le rugby.

Q : Si on te donne un million de dollars, que ferais-tu avec? R : J’ouvrirais une entreprise de vente de smoothies à La Valette, sur l’île de Malte.

Q : Quel est ton film préféré ? R : Je n’ai pas de film préféré, je ne suis pas vraiment une personne de télévision. J’aime les films d’horreur.

Q : Quel est ton type de musique préférée ? R : Le rock alternatif, les musiques de type top40, le EDM.

Q : Tu recommandes les vins du Niagara ou ceux d’ailleurs? R : Pour les évènements du CCO, nous achetons toujours des vins du Niagara. Personnellement, j’achète souvent des vins sud-africains ou italiens.

Et pour terminer…

Q : Quel est ton conseil/ta recommandation au jeune franco-ontarien qui se prépare à faire face à la vie en général et aux divers défis de choix de carrière, recherche d’emploi? R : Il est important d’être habile et de savoir naviguer intelligemment aussi bien sur les réseaux d’autrefois que sur les réseaux sociaux de notre époque. Les personnes qui savent créer des liens entre les générations, les espaces et les secteurs ont de beaux jours devant elles.