Portraits des francophones

Susan Morin, Directrice du développement économique communautaire

La question que j’aurais aimé qu’on me pose?

« Qu’est-ce qu’il vous manque? » Plus d’heures, plus de jours, ma famille, » dit-elle.

 

Susan Morin travaille pour Entreprise Niagara, un organisme à but non-lucratif subventionné par le FedDev Ontario. Pour mieux la connaître, lisez la suite.

Femme professionnelle, compétente et confiante, Susan est une porte-parole éloquente sur notre communauté francophone de Niagara et de Welland en particulier. Elle est une véritable bougie d’allumage!

Dernièrement, sur Unis (canal Ontario français) à l’émission de télévision J’habite ici fut présenté un documentaire intitulé, « Welland et les alentours » et Susan dans un rôle d’ambassadrice, fait sur mesure pour elle, présenta avec son enthousiasme habituel les divers activités culturelles, sportives et économiques de Welland.

Le programme regroupant plusieurs petits reportages sur les installations sportives du canal de Welland et son voisinage naturel. Susan y partage son arrivée à Welland en 1995. Elle ne connaissait personne et décide de changer cela. Ainsi fut née « Les Cliqueuses. » Susan fonda ce groupe d’amies de femmes francophones locales et elles se rencontrent régulièrement pour partager en français.

Originaire de Lachine en banlieue de Montréal, Susan arrive au Niagara à l’âge de 35 ans et va compléter une formation en restauration et hôtellerie au Toronto School of Business. Ensuite, elle devient Directrice des ventes pour l’Hôtel Best Western à Welland. Susan va y demeurer huit ans et va s’impliquer de plus en plus dans le secteur du tourisme de la région du Niagara.

Susan admet qu’elle ne s’attendait pas de travailler en français une fois déménagé au Niagara.

« Ah, mais quel bel accueil que j’ai reçu! Cette nouvelle et merveilleuse communauté francophone m’a immédiatement séduite. Et, quand j’ai su que le fameux Pont no 13 – qui relie les deux côtés du vieux canal – au centre-ville de Welland était fabriqué dans ma ville natale, alors là les jeux étaient faits et je suis tombée en amour avec la ville de Welland et j’en suis devenue une passionnée inconditionnelle! »

Susan est le « bébé » d’une famille de cinq enfants. Sa mère (Winnie) une anglophone était une personne douce et la voix de raison pour toute la famille. Son père, (Pete) était francophone. Jeune homme, il était très athlétique et avait été un joueur de hockey professionnel – faisant même partie de la sainte flanelle.

Après cette première carrière, Pete se lança en affaire et connu un grand succès comme entrepreneur (courtier en assurance). « Il était un vrai leader. Quand j’étais jeune fille, j’aimais l’accompagner dans ses rencontres d’affaires. Ces sorties faisaient partie de mes passe-temps préférés. Il savait écouter les gens et comment leur parler, aussi. J’en ai tellement appris sur le monde des affaires. »

Susan nous confie que, comme plusieurs de sa génération au Québec, les évènements de la crise d’octobre (1970) l’ont marqué. Avec le temps et son vécu, elle avoue mieux comprendre cette période turbulente de notre histoire.

Elle reconnait l’importance de promouvoir activement sa langue et sa culture et elle vise de le faire chaque jour. Cela contribue à son enthousiasme (sans borne!) dans son rôle quotidien avec Entreprise Niagara qui l’amène à côtoyer et regrouper nos « deux solitudes » nationales.

À titre de Directrice du développement économique communautaire, Susan consacre ses efforts à trouver et faire développer divers projets qui vont contribuer de façon positive aux petites entreprises de la région de Niagara.

« J’ai une opportunité extraordinaire de travailler en français et de développer des projets avec et pour la communauté francophone. » dit-elle, « Par exemple, contribuer à faire la promotion touristique de Niagara en français en ciblant les populations provinciales et même celles à l’étranger. »

Pour se divertir, Susan adore partager les plaisirs de la randonnée en vélo sur les belles pistes cyclables partout en région ou encore faire de la marche avec ses amis.

Naturellement, pour couronner une belle activité en plein air, elle recommande, « déguster un excellent repas arrosé d’un bon vin du Niagara – ou un vin blanc de Californie ou un vin rouge de France. »

Étant la fille d’un sportif, elle a toujours aimé les sports. La compétition est dans son sang et elle dit affectionner entre autres : le hockey sur glace, le golf, le patin artistique, le ski et le vélo.

Susan Morin 2Le mois passé, Susan, a fait un retour en France et participé à une belle aventure. Elle a parcouru la fameuse route de Santiago de Compostelle. « Quelle belle expérience! J’adore la France et je sais qu’elle m’aime aussi, » dit-elle avec un sourire et clin d’œil.

Et pour terminer…

A-t-elle un conseil pour le jeune Franco-Ontarien ?

« Oui, je voudrais que vous vous investissiez dans qui vous êtes. Apprenez à vous connaître et vous serez utiles et appréciés. »

[/wc_box]